top of page

Désencombrer des catégories faciles

Il y a 4 ans j’ai décidé de réduire la quantité de choses qu’on avait à la maison.


D’abord pour m’aider dans la gestion du quotidien, alléger les tâches liées au ménage, diminuer l’encombrement visuel. Mais aussi pour créer de l’espace et du temps pour une vie moins à la course.


Avec l’arrivée de nos poulettes, ça a considérablement augmenté la quantité de choses qu’on avait. D’ailleurs, c’est souvent dans les moments de transition qu’on a tendance à accumuler: un déménagement, la retraite, un changement d’emploi, deux familles séparées qui déménagent ensemble ou simplement, des enfants qui vieillissent 😅


L’incertitude fait qu’on garde nos choses «au cas où» et on se dit qu’on s’en occupera plus tard. Le temps passe, on vit inévitablement plusieurs changements et on se retrouve à accumuler beaucoup de choses qu’on n’utilise plus.


Livre Thinking fast and slow de Daniel Kaheman et Livre Atomic Habits de James Clear

Voici donc des idées d’objets par où commencer pour désencombrer des catégories faciles, sans s’attaquer immédiatement à des dossiers sensibles comme les vêtements ou les souvenirs:


Produits ménagers

C’est un endroit propice à l’accumulation. Il y a un gros marketing autour de ces articles d’entretien. Ça laisse l’impression qu’on a besoin de beaucoup d’items, alors que dans les faits quelques produits polyvalents sont suffisants.


Avant de faire le tri, ça peut être bien de faire une liste de ce qu’on utilise réellement. Ensuite, c’est plus facile de se départir du surplus. On va déposer ces items à l’Écocentre ou on les affiche à donner sur un groupe Facebook «As-tu ça toi / Veux-tu ça toi?» de sa ville.


Sacs réutilisables

On calcule le nombre exact dont on a besoin et on donne le reste, ou on utilise les sacs pour donner nos objets 😉 On peut en laisser un petit surplus dans la voiture, mais pas trop!


Publicité qu’on reçoit par la poste

J’aime l’idée de mettre directement la publicité à la récupération. Ça aide aussi à réduire la consommation, puisqu’on est moins tenté d’acheter quelque chose parce qu’il est en rabais plutôt que parce qu’on en a vraiment besoin.


Les petits calepins de notes des agents immobiliers, les pamphlets de campagne électorale, les menus de restaurant: souvent ces objets sont la source de plusieurs zones d’encombrement. Puisque cette information se retrouve facilement sur internet, ça vaut rarement la peine de la garder, ni même de la rentrer dans la maison.


Les déchets

C’est un défi que j’aime proposer sur ma page Instagram: le défi du sac poubelle. Pas tellement séduisant comme titre, j’en conviens. Mais c’est super efficace quand on n’a pas l’énergie de faire un gros tri, mais qu’on a envie de désencombrer facilement.


On prend un sac poubelle, on va dans une pièce de son choix et on démarre un chrono de 15 minutes. On ouvre les tiroirs pour jeter ce qui est brisé ou terminé: vêtements tachés, produits périmés ou terminés, boîtes vides, emballages…


Je vous partage ces idées simples parce que je crois sincèrement que ce sont les petites actions qu’on pose régulièrement qui font la différence. L’objectif n’est pas d’avoir une maison désencombrée. C’est plutôt de développer des habitudes qui nous aident à avoir une maison désencombrée.


Je termine en vous disant que j’ai 2 places disponibles pour le mois de décembre pour 3 heures de désencombrement sur la Rive-Sud de Montréal. Il ne s’agit pas de réorganisation, mais bien d’accompagnement pour épurer un espace de la maison. Vous pouvez me contacter ici ou en privé sur Instagram.


Bonne fin de semaine <3





bottom of page